LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

En raison d’une saturation du site dédié aux transferts des droits individuels de formation, le gouvernement annonce un délai supplémentaire.

Problème dans la dernière ligne droite. Le ministère du Travail a communiqué au Figaro que le site dédié au transfert des Droits à la formation individuelle (DIF) «ne va pas fermer à minuit» comme ce qui était prévu. Aucune date n’est indiquée mais le gouvernement promet de faire preuve de «souplesse». Le site est saturé à la mi-journée alors qu’il devait s’agir du dernier jour pour transférer les crédits de formation le Compte Personnel de formation (CPF). «Il y a eu beaucoup d’afflux alors qu’on a doublé nos capacités ces derniers jours. 100.000 personnes ont fait la bascule hier, 40.000 ce matin. Le site n’est pas tombé, le nombre de connexion est simplement limité», a fait savoir le ministère au Figaro.

Dans la matinée des internautes se sont inquiétés de ne pas pouvoir accéder au site. Le transfert des DIF concerne les salariés ayant exercé entre 2008 et 2014. Jusqu’au 31 décembre 2014, ils étaient crédités, moyennant l’accord de l’employeur, de 20 heures de formation par an, sur une période de 6 ans, sans excéder 120 heures. Remplacés par le CPF en 2015, ces crédits de formation sont désormais chiffrés en euros. La date butoir de report de ces crédits de formation, initialement prévue au 31 décembre 2020, avait été reportée au 30 juin 2021.

10.000 demandes quotidiennes ces derniers jours

Le 28 juin, le ministère du Travail avait calculé que, depuis le début de la transition vers ce nouveau système, 6,33 millions transferts ont été enregistrés pour une valeur moyenne de 1264 euros par compte. Encore deux millions de personnes n’auraient pas effectué les démarches pour réclamer leurs droits. La récente campagne de communication et de sensibilisation du Ministère avait toutefois augmenté les enregistrements ces derniers jours. L’échéance se rapprochant, le ministère du travail disait enregistrer 10.000 demandes de transfert par jour.

Début juin, la ministre Élisabeth Borne avait assuré devant la Commission des Affaires sociales de l’Assemblée nationale que le report des droits ne serait pas prolongé au-delà du 30 juin.

la date butoir du 30 juin repoussée «sine die»