LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

« Si un avion passe, ils verront que des gens attendent des secours », lance David Ban (Valentin), en s’affairant sur la plage. « Vous en voyez beaucoup des avions passer, vous ? », rétorque Charles Schneider (Claude Rochat depuis 2013).

« 40 jours » sur une plage déserte

Avec cinq autres personnages de la série, les acteurs sont les naufragés de la saga de l’été de la mythique « Plus belle la vie », diffusée dès ce mercredi 30 juin sur France 3.

Échoués sur une île déserte après le naufrage de leur voilier à vocation écologique sur les eaux cristallines de la Méditerranée, ils passeront près de 40 jours sur leur nouveau lieu de villégiature près de Marseille… un peu à la manière de la fameuse émission de TF1. « Koh-Lanta, ça me branche bien. Maintenant, je sais comment on fait du feu », raconte David Ban, le Lorrain qui a déjà participé à « Fort Boyard ». Ce jour-là de la fin mai, l’acteur rejoint le staff, pantalon blanc troué, chemise bleue ouverte (et sale !), se caressant le crâne luisant qui le chatouille : « Il y a des bêtes » ! D’ailleurs, on remarque que pour un naufragé, il est plutôt rasé élégamment…

Pour toute la saga, le maquillage est très naturel. Seule Rebecca Hampton (Céline Frémont depuis les débuts de la série) a des ongles rouges très manucurés… « On dira que c’est du semi-permanent. Faire mes ongles quand je lis mes textes, ça me concentre ! », avoue-t-elle dans un sourire.

« Du feu… avec une équipe technique ! »

Caroline Riou (Laetitia Belesta dans la série depuis 2014), leur camarade de galère fictive, rétorque : « Je peux renoncer à mon confort mais moi je ne suis pas vraiment aventurière ! En revanche, le camping j’adore, j’en faisais plus jeune dans la Manche, on creusait la terre pour faire écouler l’eau tellement il pleuvait (rires) ». Alors qu’elle annonce que son personnage est plutôt une « suiveuse » sur une île déserte où on tente de trouver de l’eau, des fruits, figues, racines…, la belle Prudence Leroy parle autrement de son double : « Fanny est une naufragée qui se surpasse et se surprend. Elle est débrouillarde et aventurière ».

Faire du feu n’est pas encore simple pour tout le monde : « Ça se passe bien, avec une équipe technique » !, dit en plaisantant Simon Erhlacher, alias Romain.

Un tournage en extérieur et plus d’impondérables

Censés être sur une île déserte, les acteurs sont en fait gérés par une équipe d’une trentaine de personnes qui évolue derrière les caméras… Et qui doit faire face à quelques impondérables.

« Moteur, action ! » « Ohhh. Coupé ! On a des bouteilles d’eau dans le champ ! », s’emporte David Chamak, l’un des réalisateurs de la série. « C’est un grand classique », nous confie l’homme de 37 ans – c’est l’un des plus jeunes que « Plus belle la vie » ait connu.

Dans un tournage en extérieur, rien ne se passe comme prévu. Un homme fait son footing (« je peux passer? ») sur cette plage de Martigues, un, puis deux, puis trois bateaux passent, des gens se baignent… Les terres du fond seront supprimées en post production : on est censés être sur une île déserte…

« Plus cinématographique »

Dans la façon de tourner, il y a un avant et après Covid : « Avec la crise, la production a dû repenser tout le dispositif avec les normes sanitaires qui ont un impact à l’écran : passer de deux caméras à une caméra sur le tournage pour réduire les effectifs permet au final de tourner de manière plus cinématographique. Sur la saga, nous avons aussi plus de moyens pour des effets spéciaux en 3D, drone, ce qu’on ne fait pas beaucoup habituellement », raconte le réalisateur (un brin stressé comme il se définit avec humour).

Pause guitare

Après une pause déjeuner très festive – c’était ce jour-là l’anniversaire d’un membre de l’équipe et David Ban a clairement mis l’ambiance avec sa guitare – le chanteur a participé à de nombreuses comédies musicales comme les « Demoiselles de Rochefort » ou « Bernadette de Lourdes » -, le tournage reprend dans une ambiance studieuse. 

Il faut dire que la scène qui suit est plutôt dramatique. Les acteurs adoptent un ton très grave.

La chaleur devient écrasante. Le bleu de la mer, très calme, est tentante. « J’ai tellement envie d’aller dans l’eau mais y’a des méduses », confie un acteur. Mais la journée est loin d’être terminée, même si « plus belle est la vie » face à un aussi beau décor loin des studios..

Rebecca Hampton : « Le tournage le plus physique que j’ai connu en 17 ans »

Rebecca Hampton alias Céline Frémont tourne sur « Plus belle la vie » depuis 2004 : la pionnière ! « En 17 ans, le tournage de cette saga de l’été est physiquement le plus éprouvant », confie-t-elle. « Dans la vie, j’ai peur de tout contrairement à ma mère et ma fille. Mais si on me dit qu’il faut le faire, je le fais », comme plonger dans une cascade à 10°C…

Rebecca parle du personnage qu’elle incarne : « Cela fait 17 ans que je dis que Céline Frémont est un personnage un peu particulier qui ne serait pas vraiment ma meilleure amie. Néanmoins, je l’aime car on vit ensemble. Depuis la GPA, elle me touche plus. Là, je peux commencer à être assez copine avec elle. Elle me surprend et me plaît bien. La suivre en ce moment est assez agréable, elle arrive à me faire rire ce qui est rare ! »

Chose étonnante mais vraie, l’actrice tourne cette saga sans connaître aucun des comédiens malgré ses 17 ans passés à l’écran.

« Plus belle la vie – La saga de l’été » dès le 30 juin à 20h20. Décors paradisiaques, aventure, mystère et secret de famille : rendez-vous tout l’été sur France 3.

on vous raconte les coulisses du tournage