LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

S’ils ont tendance à surestimer l’inflation, les Français anticipent généralement correctement son évolution, selon le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau.

La Banque de France veut convaincre de son optimisme. Invité au micro d’Europe 1 ce mercredi matin, son gouverneur François Villeroy de Galhau a confirmé les prévisions de croissance fixées pour 2021, à savoir «cinq pourcents et trois quarts» en 2021. Et ce, malgré le risque que représente, pour la situation sanitaire et économique, le variant Delta qui se développe rapidement en France.

La Banque de France, qui se base sur ses propres études et réalise chaque mois une enquête de conjoncture auprès d’entreprises et d’établissements, a désormais pour ambition de compléter ses estimations avec la prise en compte d’un nouvel indice: «les anticipations d’inflation», annonce François Villeroy de Galhau. «C’est-à-dire la façon dont les PME et les ménages voient l’évolution de l’inflation dans les mois qui viennent. C’est très important parce que ça va guider leur comportement sur les prix et les salaires». Une décision prise suite à l’opération «La Banque de France à votre écoute», un tour de France durant lequel l’institution est allée au contact des Français pour comprendre leur perception de la politique monétaire et de leurs attentes.

Menée de février à juin 2021, cette initiative met en évidence une perception distordue, chez beaucoup de Français, de l’inflation. «43% des Français estiment que l’inflation est supérieure à 2% alors qu’elle est de 0,5%, illustre ainsi François Villeroy de Galhau. Les Français ont notamment le sentiment que le coût du logement n’est pas assez pris en compte dans les estimations. Cependant, les Français ont une perception très juste du sens dans lequel évolue l’inflation.» Estimant que les Français veulent être «davantage écoutés», la Banque de France a pour ambition d’organiser annuellement «une rencontre nationale de la politique monétaire.»

La Banque de France va mesurer les «anticipations d’inflation»