LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les marchés mondiaux progressaient nettement jeudi, dans le sillage du bon accueil par Wall Street des décisions de la Réserve fédérale américaine, et avant d’autres réunions de Banque centrale en Europe et au Royaume-Uni. Les marchés européens grimpaient dans les premiers échanges: Paris prenait 1,39%, Francfort 1,72%, Londres 1,04% et Milan 1,15% vers 08H30 GMT. L’Asie a aussi été à la fête: Tokyo a gagné 2,13%, retrouvant son niveau d’avant le choc causé par la découverte du variant Omicron fin novembre.

Mercredi à Wall Street, les indices qui reculaient lors des premiers échanges ont fini solidement dans le vert: le Dow Jones a gagné 1,08%, le Nasdaq a fait un bond de 2,15% et le S&P 500 de 1,63%. Seules les Bourses chinoises étaient un peu à l’écart du mouvement, tourmentées par les tensions entre la Chine et les Etats-Unis, qui prévoient d’imposer de nouvelles sanctions ou de placer sur liste noire une série d’entreprises chinoises. Hong Kong n’a gagné que 0,23%, Shanghai que de 0,75%.

Principal événement de cette fin d’année, la réunion du comité monétaire de la Réserve fédérale américaine s’est conclue mercredi soir. L’institution a annoncé de nouvelles mesures pour combattre l’inflation galopante. «Enfin pourrait-on dire ! La Réserve fédérale américaine s’attaque à la hausse de l’inflation avant qu’elle devienne potentiellement incontrôlable», juge John Plassard, spécialiste de l’investissement chez Mirabaud.

La BCE dans une «nouvelle phase» ?

Elle a décidé de passer à la vitesse supérieure en avançant de quelques mois la fin de la réduction d’achats d’actifs, de juin à mars. Dans son discours, le président de la Fed Jérome Powell a aussi mentionné que la hausse de ses taux pourrait survenir peu de temps après, sans donner plus de précision sur l’ampleur de leur relèvement.

Suffisant toutefois pour que les investisseurs fassent désormais le pari que la «Fed ne se retrouvera pas +behind the curve+» c’est-à-dire en retard par rapport l’évolution du cycle économique, continue John Plassard. Le patron de la Fed a également insisté sur la nécessité de faire preuve d’adaptabilité, compte tenu des nombreuses incertitudes, notamment sanitaire. Les investisseurs se préparent encore à une longue journée, marquée par la réunion des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE), et la prise de parole de sa présidente Christine Lagarde dans l’après-midi.

La BCE devrait «rejoindre la Fed et elle aussi entrer dans une nouvelle phase», estime Carsten Brzeski, économiste chez ING. La BCE devrait selon lui débuter une nouvelle période dont la priorité sera la «gestion du risque», après un «soutien monétaire massif». La banque central pourrait réduire de façon importante ses mesures de rachats d’actifs, son programme spécial pour répondre à la pandémie («PEPP») se terminant en mars. La Banque d’Angleterre tient aussi sa réunion de politique monétaire jeudi.

La tech en trombe

Les valeurs de la tech ont fermement grimpé dans la foulée du bond du Nasdaq à New-York après la Fed.

Au Japon, dans le secteur des semi-conducteurs notamment, Advantest a jailli de 5,37% à 10.590 yens et Tokyo Electron a gagné 3,11% à 63.280 yens.

En France, Dassault Système prenait 2,69% à 54,13 euros, Capgemini 2,30% à 209 euros.

A Francfort, le groupe de semi-conducteurs Infineon prenait 3,34% à 40,65 euros, et le fabricant de logiciel SAP 1,93% à 123,48 euros.

Le pétrole monte, euro et bitcoin stable

Les cours du pétrole étaient bien orientés, au lendemain de l’annonce de la réduction plus forte qu’attendu des stocks de brut aux Etats-Unis.

A New York, le baril de West Texas Intermediate (WTI) avec échéance en janvier prenait 1,24% à 71,73 dollars alors qu’à Londres, le Brent pour livraison en février avançait de 1,11% à 74,66 dollars vers 08H20 GMT.

L’euro, qui a progressé mercredi contre le billet vert après la réunion de la Fed, grappillait 0,13% à 1.1304 dollar. Le bitcoin perdait 0,99% à 48.700 dollars.

Les marchés mondiaux ravis par la Fed