LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

DÉCRYPTAGE – Une part de la finance londonienne a migré vers les Pays-Bas. La plus vieille Bourse mondiale est depuis janvier la capitale européenne des actions.

Depuis l’entrée en vigueur du Brexit, les compteurs s’affolent à la Bourse d’Amsterdam. C’est la revanche de la plus vieille bourse au monde. Fondée en 1602, la place financière d’Amsterdam est redevenue, du jour au lendemain, la première en Europe. Ça s’est passé en une nuit, à l’ouverture des échanges début janvier, au lendemain de la sortie définitive du Royaume-Uni de l’Union européenne.

Les négociations sur le Brexit n’ont pas permis d’aboutir à un accord sur les activités financières. Depuis le 1er janvier, l’Autorité européenne des marchés financiers (Esma) impose que les opérations de trading sur les actions européennes se fassent au sein de l’Union. Résultat, les transactions boursières libellées en euros ont été siphonnées de Londres pour partir vers le continent, à Paris et, surtout, à Amsterdam.

En haut du podium

Du quatrième rang en Europe quelques jours auparavant, celle-ci s’est hissée sur la plus haute marche du podium, raflant près de 9,2 milliards d’euros d’échanges quotidiens sur les actions

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 81% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

La Bourse d’Amsterdam grande gagnante du Brexit