LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

DÉCRYPTAGE – Arrivés lors du pic du Covid, des dizaines de milliers de nouveaux bénévoles sont restés dans les organisations.

La crise sanitaire a provoqué une prise de conscience collective en faveur des plus démunis, qui perdure. Au plus fort de la pandémie, de nombreux salariés en activité partielle ont proposé leurs services auprès d’associations pour prendre le relais de bénévoles seniors plus fragiles face au Covid-19. «L’afflux de candidatures a été tellement massif que nous n’avons pas pu y répondre totalement, car nous avons dû restreindre notre activité à l’aide alimentaire», témoigne Claude Bougère, la responsable des bénévoles aux Restos du cœur, dont la 37e campagne hivernale démarre mardi. Si nombre d’actifs ont repris leur rythme professionnel depuis lors, ils demeurent engagés. «Alors qu’avant la pandémie, ils estimaient ne pas avoir de temps entre leur travail et leur famille, aujourd’hui ils restent impliqués. Mais depuis la rentrée, ils adoptent de nouveaux fonctionnements», observe Jean Stellittano, secrétaire national du Secours populaire.

Si ce nouveau public ne peut pas offrir une large disponibilité,

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 69% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

- A word from our sposor -

spot_img

Le monde associatif sort renforcé de la pandémie