LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

On étouffe au Canada. Un « dôme de chaleur » au-dessus de l’Ouest du Canada a provoqué de nouveaux records de température, déclenchant dimanche des alertes à la chaleur dans trois provinces et deux territoires arctiques. Un phénomène particulièrement inquiétant à cette époque de l’année, sachant que d’ordinaire, la canicule s’installe plutôt fin juillet dans le pays. 

  • Quel est le record de température atteint ?

Plus de 40 nouveaux records de température ont été enregistrés en Colombie-Britannique au cours du week-end, notamment dans la station de ski de Whistler.  

Lytton, en Colombie-Britannique, est désormais détenteur du record absolu pour le Canada : le thermomètre a grimpé jusqu’à 46,6 degrés Celsius, a indiqué Environnement Canada. 

Offre limitée. 2 mois pour 1€ sans engagement

La température la plus élevée jamais enregistrée au Canada était auparavant de 45 degrés dans deux villes de la Saskatchewan le 5 juillet 1937. 

  • Combien de temps le phénomène va-t-il durer ?

Les hautes pressions qui emprisonnent l’air chaud dans la région devraient générer de nouveaux records pendant la semaine. Environnement Canada a émis des alertes pour la Colombie-Britannique, l’Alberta et certaines parties de la Saskatchewan, du Yukon et des Territoires du Nord-Ouest. 

« Une vague de chaleur prolongée, dangereuse et historique persistera tout au long de cette semaine, a indiqué Environnement Canada. Les températures de l’après-midi dépasseront les trente degrés dimanche, et atteindront un pic de près de 40 degrés dans certaines régions en milieu de semaine. C’est dix à quinze degrés de plus que la normale.  

« Ce record ne durera même pas 24 heures, la canicule ne fait que commencer. On n’est qu’en juin. La température annuelle la plus élevée est normalement à la fin juillet », souligne sur Twitter le météorologue Scott Duncan. 

« Il fait plus chaud dans certaines parties de l’Ouest du Canada qu’à Dubaï », a déclaré David Phillips, climatologue en chef d’Environnement Canada. 

Les magasins sont en rupture de stock de climatiseurs et de ventilateurs, tandis que les villes ont ouvert des centres de rafraîchissement et que des campagnes de vaccination contre le Covid-19 ont été annulées et des écoles fermées. La consommation électrique en Colombie-Britannique a atteint des sommets tandis que les habitants tentent de se rafraîchir. 

  • Le Canada est-il le seul pays concerné ?

De l’autre côté de la frontière, les services météorologiques américains ont également lancé des alertes concernant une « dangereuse vague de chaleur », affectant particulièrement les Etats de la côte nord-ouest de Washington et de l’Oregon. 

« La vague de chaleur historique dans le nord-ouest va continuer pendant la majorité de la semaine à venir, avec en perspective de nombreux records quotidiens, mensuels et même jamais vus », a indiqué le National weather service. 

L’application L’Express

Pour suivre l’analyse et le décryptage où que vous soyez

Télécharger l’app

Les dernières épreuves des sélections olympiques américaines d’athlétisme, qui se déroulent dans l’Oregon, ont été suspendues dimanche en raison de la chaleur extrême frappant le nord-ouest du pays. Cette suspension est intervenue alors que des températures étouffantes de 41 degrés Celsius enveloppaient la ville d’Eugene où se déroulent les sélections. 

Opinions

Chronique

Pierre Assouline

Economie

Robin Rivaton

Renaissance

Par Cécile Maisonneuve, présidente de La Fabrique de la Cité et Senior Fellow de l’Institut Montaigne

Sciences

Albert Moukheiber

Trois questions sur le « dôme de chaleur » qui amène des températures records au Canada