LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Quitter Paris, nombreux sont les habitants de la capitale qui en ont rêvé depuis le début de la crise sanitaire. Mais qui sont ceux qui ont franchi le pas? Le courtier immobilier en ligne Pretto s’est penché sur la question en épluchant 47.000 simulations effectuées entre janvier 2019 et mai 2021. Il en ressort que cette envie est réelle, puisque les Parisiens cherchant une résidence principale en régions sont passés de 7% entre janvier 2019 et mars 2020 à 13% entre avril 2020 et mai 2021. Un quasi doublement. Et pendant ce temps, la proportion de recherches de logements dans Paris intramuros reculait de 11 % et de 5 % en petite couronne.

» LIRE AUSSI – La ville de Paris met en vente ce château à partir de 90.000 euros

Ce qui apparaît clairement dans cette étude, c’est aussi et surtout que ce sont les Parisiens disposant de revenus très confortables qui sont les plus concernés par l’appel du large. Même si tous les foyers ont connu une progression de l’envie de départ, c’est chez ceux disposant de revenus mensuels supérieurs à 10.000 euros nets que la progression est la plus forte: + 108% (voir tableau ci-dessous). «Les Parisiens les plus aisés ont réalisé qu’ils pouvaient avoir une grande maison avec jardin en province pour le même prix que leur appartement parisien, souligne Pierre Chapon, président de Pretto. Certains ont même fait le choix de transformer leur résidence secondaire en résidence principale ou semi-principale.»

Évreux plutôt que Nice?

Toujours selon cette étude, les départements proches de l’Île-de-France sont en tête des recherches, talonnés par les bords de mer: on retrouve l’Eure (+171%), l’Ile-et-Vilaine (+145%), l’Eure-et-Loir (+131%), les Pyrénées-Atlantiques (+122%) et les Alpes-Maritimes (+114%) pour le Top 5. Dans ce classement hors Île-de-France, Évreux se distingue par sa proximité avec la capitale et ses petits prix immobiliers. Nice et le Pays basque avec Anglet et Biarritz attirent eux aussi beaucoup. La qualité de vie est au rendez-vous mais la note immobilière y reste salée.

Reste enfin la possibilité, choisie par de nombreux Parisiens, de rester en Île-de-France. Puisqu’il s’agit de gagner en surface de logement et en calme, la grande couronne tire mieux son épingle du jeu que la proche banlieue. La Seine-et-Marne (+31%) et les Yvelines (+25%) sont les champions du gain d’attractivité devant l’Essonne (+24%) et le Val-d’Oise (+22%). De leur côté, les Hauts-de-Seine et la Seine-Saint-Denis attirent moins ce public désormais. Les recherches pour Noisy-le-Grand (93) ont reculé de 34 % quand celles pour Courbevoie (92) reculaient de 31 %. Même punition pour Montrouge (92), -27% quand Aubervilliers (93) et Levallois-Perret (92) perdent 26 %.

Qui sont ces Parisiens qui quittent la capitale et où vont-ils?