LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Europol estime que quelque 223.000 personnes à travers 177 pays pourraient avoir été victimes de cette escroquerie à l’investissement.

La justice belge a annoncé jeudi 24 juin avoir mis au jour une vaste escroquerie à l’achat de monnaie virtuelle, susceptible d’avoir trompé plus de 200.000 personnes dans le monde entier.

La cryptomonnaie concernée s’appelle Vitae. Elle était proposée par une société de droit suisse sur plusieurs plateformes – notamment «vitae.co» – qui ont été fermées cette semaine sur ordre d’un juge d’instruction belge, selon un communiqué du parquet fédéral. Cinq personnes ont été arrêtées à l’issue d’une série de 17 perquisitions effectuées mardi en Belgique, essentiellement dans le nord néerlandophone. Elles ont été inculpées pour «participation à une organisation criminelle», «escroquerie» et «blanchiment d’argent», d’après la même source.

Le parquet précise que «37% de la monnaie virtuelle Vitae en circulation a été saisie». Il s’agit d’une escroquerie de type «pyramidal» («Ponzi scheme» en anglais), consistant à rémunérer les investissements des clients principalement avec l’argent des nouveaux entrants. L’agence européenne de police Europol, qui a participé aux investigations, estime que «quelque 223.000 personnes de 177 pays pourraient avoir été victimes de cette escroquerie à l’investissement». Un total de 1,1 million d’euros en espèces a été saisi, sans compter un montant équivalent à 1,5 million en cryptomonnaies, ainsi que 17 voitures de luxe, a précisé dans un communiqué l’organisation basée à La Haye.

Appel à la prudence

Le marché des cryptomonnaies a pris de l’importance dans les derniers mois: de grands noms de la finance, de la plateforme de paiements Paypal en octobre 2020 au géant de Wall Street Goldman Sachs en mai, se sont intéressés à ce secteur en pleine expansion. Mais pour les non initiés, les cryptomonnaies, peu régulées et décentralisées, sont aussi l’occasion de nombreuses escroqueries.

En Europe comme aux États-Unis, les régulateurs des marchés et les banques centrales invitent les investisseurs à la plus grande prudence, rappelant régulièrement aux acheteurs qu’ils risquent de perdre tout leur argent. Les grandes institutions de la finance américaine se concentrent en général sur le bitcoin ou sur l’ethereum, deuxième plus grande cryptomonnaie, qui représentent respectivement plus de 45% et plus de 15% de ce marché très volatil.

La justice belge met au jour une vaste escroquerie à la monnaie virtuelle