LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

La prochaine hausse des prix n’est pas prévue «avant février 2022», a précisé Barbara Pompili ce jeudi.

Après le gaz, l’électricité. La hausse des prix de l’énergie, durement ressentie par les ménages comme les entreprises, ne devrait pas s’arrêter de sitôt. Interrogée sur Cnews, la ministre chargée de la Transition Écologique a annoncé que l’exécutif s’attendait à une hausse des prix de l’électricité, dans quelques mois, «aux alentours de 12%». De quoi alourdir encore la facture des Français.

La prochaine hausse des prix de l’électricité est prévue, mais «pas avant février» 2022, a précisé Barbara Pompili. Et, d’ici-là, l’exécutif promet d’avoir «trouvé des solutions» pour protéger les ménages. «Nous travaillons à ce que nos concitoyens ne soient pas trop impactés», a-t-elle souligné.

La ministre a également défendu l’action du gouvernement face à l’envol des prix du gaz. Après la hausse des tarifs réglementés de 12,6% au 1er octobre, une nouvelle augmentation devrait avoir lieu au 1er novembre : «il va encore y avoir une augmentation, c’est vrai, elle est là», a souligné Barbara Pompili. Celle-ci serait même plus importante qu’en octobre, de l’ordre de 15%, selon Le Parisien . 10 millions de foyers sont concernés par la hausse des prix, a indiqué la membre du gouvernement, ajoutant que la moitié de ces ménages seulement allaient voir leur facture augmenter, l’autre moitié ayant des «contrats sur des tarifs qui ne bougent pas pendant plusieurs années». Le chèque énergie permettra d’appuyer les plus fragiles, mais ce «coup de pouce important» ne suffira pas, et sera complété par des mesures supplémentaires qui seront annoncées par Jean Castex ce jeudi soir.

À VOIR AUSSI – Prix de l’énergie : de nouvelles mesures à l’étude pour «alléger la facture des Français», promet Gabriel Attal

Le gouvernement pourra financer ces aides grâce aux «rentrées supplémentaires» engendrées par la hausse des prix du gaz, a noté Barbara Pompili. Les prix augmentant, les taxes pesant sur le gaz suivront le même chemin, et cet argent pourra être redistribué par l’État aux ménages. La ministre ne s’est toutefois pas prononcée sur les pistes précises de l’exécutif pour alléger la facture, laissant le chef de la majorité faire les annonces. L’objectif sera cependant de «toucher plus de monde», contrairement au chèque énergie supplémentaire, dont seuls les plus modestes pourront bénéficier.

«Bombe sociale à retardement» pour les uns, conséquence logique de la reprise économique mondiale pour les autres, la hausse des prix de l’énergie est scrutée de près par l’exécutif, qui a promis d’agir pour préserver le pouvoir d’achat des ménages.

le gouvernement s’attend à une hausse des prix «aux alentours de 12%»