LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

L’effroi se répand à nouveau en Inde. Détectée mi-mai, au moment où la deuxième vague de Covid-19 éreintait le pays, l’épidémie de mucormycose, communément appelée « la maladie du champignon noir », a obligé des chirurgiens de Bombay à procéder à l’ablation d’un oeil chez trois enfants âgés de respectivement 4, 6 et 14 ans. L’information est parue dans la presse indienne le 17 juin mais les opérations remontent, pour l’un, à décembre 2020, et pour les deux autres, au mois de mai. 

Les plus jeunes, traités à la clinique ophtalmique Khan Bahadur Haji Bachooali, avaient auparavant été contaminés par le coronavirus. « Si nous n’avions pas retiré l’oeil malade, leur vie aurait été en danger. Ils étaient déjà aveugles d’un oeil et c’était très douloureux », explique le docteur Prithesh Shetty qui les a pris en charge. L’enfant le plus âgé, une fille, est diabétique. « L’un de ses yeux est devenu noir en 48 heures et après l’ablation, la guérison a pris six semaines », raconte Jesal Seth, pédiatre de la clinique Fortis où l’adolescente a été soignée et où une autre fille, âgée de 16 ans, a été diagnostiquée suffisamment à temps pour sauver ses yeux.  

Hausse de 150% en trois semaines

En temps normal, la prévalence de la mucormycose est « environ 80 fois supérieure en Inde à celle des pays développés », estime la US National Library of Medicine dans une note publiée en novembre 2020. Au 11 juin, on comptait 31 216 malades dans le sous-continent, soit une augmentation de 150 % en trois semaines. Et ça continue. « On dénombre actuellement 35 000 cas actifs mais il semble que les nouvelles infections commencent à ralentir », indique toutefois Chandrakant Lahariya. 

Offre limitée. 2 mois pour 1€ sans engagement

Considéré comme l’un des grands pontes du Covid-19 en Inde, ce médecin épidémiologiste relève que l’épidémie de champignon noir est surtout présente dans le nord-ouest, au Gujarat et au Rajasthan, « des régions où le système de santé public a encore des progrès à faire pour arriver à un niveau acceptable ». 

De même qu’il peine à publier les vrais chiffres du Covid-19, le gouvernement nationaliste de Narendra Modi n’est pas encore en capacité de mesurer l’ampleur de ce nouveau fléau. « Les principaux symptômes initiaux sont la fièvre et la toux », rappelle Chandrakant Lahariya : « La mycose s’installe d’abord dans les sinus et fait apparaître des taches noires dans le nez, avant de migrer vers les yeux, lesquels deviennent rapidement rouges, puis vers le cerveau et les poumons. Certains malades ont des selles noirâtres, d’autres vomissent du sang. » 

L’affection n’est pas contagieuse. « Elle se propage par l’inhalation de spores provenant du milieu environnant, comme le sol ou la végétation, ou par transmission intraveineuse lors de la consommation de drogues ou en milieu hospitalier, après une intervention chirurgicale », précise le Gavi (l’alliance mondiale du vaccin). L’agent pathogène colonise les vaisseaux sanguins, provoquant des thromboses et une nécrose des tissus « qui entraînent à leur tour une perte d’apport en oxygène et explique le taux élevé de létalité, jusqu’à 50 % dans certaines régions ». 

Détectée à temps, la mucormycose peut être soignée par un antifongique, comme l’amphotéricine B ou le posaconazole. Dans le cas contraire, elle conduit à retirer par ablation le maximum de tissus affectés. Sa résurgence est concomitante de la pandémie de coronavirus, et la grande majorité des patients avaient contracté le Covid-19 avant d’être atteints par le funeste champignon. Elle pourrait être due à l’abus de stéroïdes, la dexaméthasone notamment, dont l’OMS a recommandé l’usage en 2020, pour soigner les formes graves du Covid-19. L’utilisation de bouteilles d’oxygène industriel mal conditionnées est aussi invoquée, de même qu’un taux de glycémie élevé du patient. En France, dès le 5 mars 2020, le Haut Conseil de la Santé Publique préconisait les tests fongiques sur les patients atteints de formes sévères du coronavirus. 

L’application L’Express

Pour suivre l’analyse et le décryptage où que vous soyez

Télécharger l’app

« Comme les cas actuels de champignon noir sont majoritairement liés au Covid-19 et à un diabète d’apparition récente, on se demande si c’est parce que le coronavirus s’attaque au pancréas, perturbant le taux de sucre dans le sang. Par ailleurs, on s’interroge sur le variant Delta, repéré initialement en Inde et qui pourrait causer plus de dégâts, comme la mucormycose », indique Gagandeep Kang, professeur de microbiologie au Christian Medical College de Vellore, dans le Tamil Nadu. »Les enfants sont plus rarement diabétiques que les adultes mais le champignon noir fait néanmoins peser un risque sur l’ensemble de la population », conclut cette experte du Covid-19. 

Opinions

Chronique

par Bruno Tertrais

Le meilleur des mondes

Par Sylvain Fort

Ultimatum

par Christophe Donner

Sans détour

Abnousse Shalmani

« Un risque inédit » : l’Inde face à la nouvelle menace épidémique du « champignon noir »