LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Des dizaines de pays en Afrique sub-saharienne, en Amérique Latine ou au Moyen-Orient sont incapables d’administrer la seconde dose de vaccins anti-Covid, faute de stocks suffisants, ce qui risque de déstabiliser durablement leurs campagnes vaccinales, a alerté vendredi l’OMS. La mise en garde ne s’arrête pas là. Un intervalle trop long entre deux doses peut également faciliter l’émergence de variants plus dangereux ou contagieux. 

Le programme Covax, censé résoudre une partie du problème d’accès aux sérums contre la maladie, est à la traîne. Au 17 juin, celui-ci avait fourni seulement 88 millions de doses dans 131 pays parmi les plus défavorisés au monde, bien en deçà de ce qui était initialement prévu. L’essentiel du milliard de doses promis par le G7 ne sera disponible que plus tard dans l’année et surtout en 2022.  

Les États-Unis entendent accélérer la cadence avec la livraison de 80 millions de doses d’ici la fin juin. Washington a donné lundi le détail des pays où seront envoyées environ 55 millions d’entre elles. 

Offre limitée. 2 mois pour 1€ sans engagement

75% des doses pour le programme Covax

Comme préalablement annoncé, 75% de ces doses (soit 41 millions) seront distribuées via le dispositif de partage Covax. Un taux similaire à la première salve de 25 millions de doses détaillée le 3 juin (lire ci-dessous). 

Dans ce cadre, 16 millions seront envoyés en Asie (Inde, Népal, Pakistan, Taïwan…), a détaillé la Maison Blanche dans un communiqué. Environ 14 millions de doses seront destinées à l’Amérique latine et les Caraïbes (Brésil, Argentine, Colombie, Pérou, Haïti…). Et quelque 10 millions seront réservés à l’Afrique, à « des pays qui seront sélectionnés en partenariat avec l’Union africaine », selon Washington. 

Répartition des doses de vaccins contre le Covid fournies par les États-Unis à l’étranger (78 millions sur 80)

L’Express

Pour visualiser le graphique, cliquez ici. 

Par ailleurs, les 25% restants (14 millions de doses) seront distribués à des pays constituant « des priorités régionales et d’autres bénéficiaires », comme l’Egypte, la Cisjordanie et Gaza, l’Ukraine, la Géorgie… 

L’exécutif n’a pas précisé de quels vaccins il s’agissait.  

Début juin, la Maison Blanche avait déjà donné, donc, le détail de la répartition des 25 premiers millions de doses : 7 pour l’Asie ; 6 pour l’Amérique latine et les Caraïbes ; 5 pour l’Afrique ; 6 pour les autres pays, dont la Cisjordanie, l’Irak, le Yémen… 

Le président américain Joe Biden a par ailleurs annoncé l’achat par les États-Unis de 500 millions de doses du vaccin de Pfizer/BioNTech contre le Covid-19, afin d’en faire don à d’autres pays dans le besoin d’ici juin 2022.  

L’application L’Express

Pour suivre l’analyse et le décryptage où que vous soyez

Télécharger l’app

« Nos objectifs sont d’améliorer la couverture vaccinale mondiale contre le Covid-19, de nous préparer à des poussées de l’épidémie et de donner la priorité aux professionnels de santé et aux autres populations vulnérables (…), et d’aider nos voisins et d’autres pays dans le besoin », a déclaré la Maison Blanche. « Comme nous l’avons déjà dit, les États-Unis n’utiliseront pas leurs vaccins pour s’assurer des faveurs de la part d’autres pays », a-t-elle ajouté. Un message pour la Russie et son Spoutnik V ? 

Opinions

Economie

Nicolas Bouzou

Les clefs du pouvoir

François Bazin

Numérique

Frederic Filloux

Principe de précaution

Nicolas Bouzou

INFOGRAPHIE. Covid : les pays bénéficiaires du don de 80 millions de vaccins des Etats-Unis